AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Messe du 13/11/1458 - Artois - Père Yut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yut
Cardinal
Cardinal
avatar

Masculin Nombre de messages : 21
Age : 27
Localisation : Savoie
Charge dans l'Eglise : Prélat de la Sainte Église
Charge au sein de la Congrégation : Préfet des Rouloulous
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Messe du 13/11/1458 - Artois - Père Yut   Dim 14 Nov 2010 - 15:46

Le Père de Taschereau entra dans la Cathédrale Artésienne, et envoya un jeune clerc faire sonner les cloches. Il avait décidé de donner la messe en la Cathédrale, pour que plus de gens puissent venir, surtout en ces temps troubles où un spinoziste prêche.



Il attendit quelques minutes sur le parvis, accueillant les fidèles.



Puis, alors que l’Église arrêtait peu à peu de se remplir, il dit :

Bienvenue, chers fidèles, en ce dimanche, en la Maison du Très-Haut.

Pour commencer, confessons ensemble nos péchés.

Citation :
Confiteor Deo omnipoténti, et omnes sanctis et vobis, fratres, quam peccávi nimis cogitatióne, verbo et ópere.
Mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa.
Ideo precor omnes Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum.

Il récita ensuite la confession en français, pour que tous les fidèles présents comprennent.



Récitons maintenant le Credo.





Il prit ensuite son livre des vertus et tourna les pages pour arriver au texte souhaité.

Citation :
Livre des Vertus – Livre II
La Vita de Christos – Chapitre XVI



Christos fut fouetté pendant plus d’une heure par les gardes, mais jamais aucun cri n’échappa de sa bouche. Il endurait les pires souffrances avec un air calme et serein.

Alors, les bourreaux raillèrent sa foi et insultèrent Dieu, espérant déchaîner sa colère. Mais jamais il ne répondit, même quand ils le ceinturèrent de cordes qu’ils tendirent avec des poulies selon les vœux du grand prêtre.
Christos restait de marbre devant la cruauté des hommes, seul dans sa souffrance et sa peine, mais soutenu par la foi en Dieu. Son visage ne fut jamais aussi beau qu’à ce moment là. Son angoisse était passé et il ne restait sur ses traits que les expressions d’un profond amour et d’une grande paix intérieure.

Les romains et les païens décidèrent donc de passer aux choses sérieuses. Ils ordonnèrent alors que la crucifixion ait lieu.

On cloua Christos sur une grande croix de bois que l’on hissa ensuite sur la colline. Et Christos se retrouva là haut, dominant les autres humains… Tel un agneau, il avait été sacrifié sur l’autel de l’ordre établi parce qu’il remettait en cause la société de l’époque et ses fausses valeurs.

Christos mourut après des heures d’agonie… agonie pendant laquelle il priait le Très Haut et regardait les hommes écrasés au sol. C’est le soir seulement, alors que l’air fraîchissait et que le ciel s’assombrissait, qu’il rendit l’âme dans un soupir.

Alors, du ciel, un grand rayon de lumière transperça les nuages sombres et menaçants et vint auréoler le corps de Christos. Sans que ne disparaisse ce halos de clarté, les cieux se mirent à gronder, et soudain des éclairs terrifiants vinrent frapper la terre comme pour la punir d’avoir laissé perpétrer ce crime atroce… Dans un effroyable déchaînement de violence des éléments, une pluie battante se mit à son tour à tomber, chassant les Romains de la colline des condamnés et imbibant le sol, comme pour le laver du sang de Christos ; ce sang que l’on vit bientôt ruisseler de la butte, mêlé à celui des deux autres condamnés, à leur sueur et à leurs larmes.


Mais après un moment, la nature s’apaisa, la pluie cessa, les éclairs s’arrêtèrent, les grondements du tonnerre se turent et les nuages s’écartèrent, vaincus par le rayon de lumière, grandissant, dont le flot inondait maintenant la colline.

C’est alors que nous vîmes apparaître, dans ce halos bienfaiteur, une nuée d’anges célestes. Tous descendaient du ciel avec grâce, volant au dessus de l’éminence. Ils prirent le corps du messie, guide et miroir de la divinité, et le hissèrent jusqu’aux cieux, l’emmenant rejoindre le trône de Dieu.

Ce texte, mes enfants, est un récit atroce, celui de la mort par crucifixion de Christos. Ce dernier a fait preuve d’une bravoure incomparable, durant ses derniers jours. Il s’est laissé mourir, pour nous, pour la rédemption de nos péchés! C’est grâce à lui, le Messie, par cet acte de bravoure, que nous pouvons atteindre le Paradis Solaire aujourd’hui. Encore, mes enfants, faut-il avoir une vie vertueuse, une vie comme Christos. Il doit être un exemple pour chacun de nous. Même le plus sage des hommes n’est pas à l’abri du péché, mais il faut s’efforcer de s’en éloigner le plus possible, pratiquer la Vertu tous les jours, pour espérer atteindre le Paradis, qui nous a été offert par l’immense bonté de Dieu et le sacrifice démesuré de notre Messie! Mes enfants, ayez une vie qui se rapproche de celle de Christos et vous pourrez accéder au Paradis. Ne vous écartez jamais de son exemple, et ne vous approchez jamais, JAMAIS d’une religion autre que CELLE QUI EST LA SEULE VRAIE ET QUE L'ON RECONNAIE SANS PEINE, aux signes de vérité dont elle porte en elle l'éclatant caractère.

Venez maintenant communier.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Messe du 13/11/1458 - Artois - Père Yut
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» Messe d'adieu à notre soeur Audra.
» [RP]Messe du mardi soir - par Enosh de Noirlac..
» Napoleon_Louis - 10.X.1458 - R - TOP (Diffamation)
» La vie extraordinaire du père Glaude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CONGREGATION DE SAINT THOMAS :: ABBAYE THOMISTE DE CLERMONT :: BIBLIOTHÈQUE ABBATIALE :: Liturgie-
Sauter vers: